Riolo sur le départ de Lihadji de l'OM, qui disait avoir rejoint Lille pour avoir du temps de jeu: "ces excuses-là sont bidons !"

Riolo sur le départ de Lihadji de l'OM, qui disait avoir rejoint Lille pour avoir du temps de jeu: "ces excuses-là sont bidons !"
0
  • Il y a peut-être un peu de vrai quand même.
  • Néanmoins, l'argent est un élément moteur dans sa décision.

"On verra à Lille de quelle façon Galtier va l’utiliser" a expliqué Daniel Riolo dans le podcast "After Marseille" au sujet d'Isaac Lihadji.

"Est-ce qu’il aura effectivement plus de temps de jeu qu’il en aurait eu à l’OM, puisque c’est l’excuse de son départ."

"Mais on sait que ces excuses-là sont bidons !"

"Maintenant on sait comment ça marche, on sait que le business veut qu’aujourd’hui un jeune ne reste pas dans le club parce que immédiatement il prend une prime quand il va dans un autre club."

"Donc de toute façon, ce cas de figure on l’aura de plus en plus."

"Et je me bats pour ça, mais je ne veux plus qu’on utilise l’expression "on a pas réussi à le garder"."

"C’est pas qu’on a pas réussi pas à le garder, c’est qu’on ne peut pas le garder, puisque le joueur et son agent trouveront, de toute façon, plus intéressant de se barrer."

"Le club arrive, propose une prime et c’est comme ça, le type s’en va."

"Donc l’expression "j’aurais plus de temps de jeu", c’est bidon."

"Il n’y a pas de clubs de haut niveau qui promettent du temps de jeu."

"À Lille, t’as vu tout le nombre de joueurs qu’ils ont recrutés ?"

"On va voir si vraiment il va avoir plus de temps de jeu."

"Il va falloir qu’il fasse ses preuves."

Daniel Riolo est revenu sur le cas Isaac Lihadji, l’ancien olympien. Le motif du temps de jeu évoqué par le joueur, lors de sa signature à Lille, laisse le chroniqueur incrédule.

Pour lui, c'est un simple élément de langage pour ne pas dire que la somme d'argent proposé par le LOSC était intéressante pour lui et son agent.

Pensez-vous comme Riolo que l'excuse du temps de jeu de Lihadji est "bidon" ? Dites le nous en commentaire !

Source: Daniel Riolo dans After Marseille